QUELQUES DATES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

QUELQUES DATES

Message par Fondateur le Jeu 8 Avr 2010 - 20:56

14 avril 1874
L’ordre d’étudier l’ouvrage a été donné aujourd’hui.

7 mai 1874
1ère Lettre de M. le chef de bataillon Ferron, demandant au préfet de Haute Saône, l’autorisation de pénétrer sur les terrains nécessaires à des travaux de fortification.
2ème lettre de M. le chef de bataillon Ferron, donnant quelques précisions sur les travaux :
Les travaux de fortification seront peut-être entrepris au col de Château-Lambert, sur la route du Thillot à Lure, au col du Mont de Fourche, sur la route de Rupt à Luxeuil. En outre le département de la guerre, demande l’ouverture d’un chemin de crête qui relierait la montagne du ballon de Servance à Remiremont.

12 août 1874
Décret de déclaration d’utilité publique et d’urgence, pour l’acquisition des terrains nécessaires à la construction du fort et de ses annexes.

17 août 1874
Lettre n° 13748 de M. le général Séré de Rivières à M. le préfet de Haute Saône, accompagnée par le décret d’utilité publique et d’urgence du 12 août. M. le général demande au préfet de se mettre en relation avec le directeur du génie à Toul afin de mettre en place les formalités prescrites par la loi du 30 mars 1831 et de l’article 76 de celle du 3 mai 1841.

19 août 1874
Lettre n° 586 de M. le chef de bataillon Ferron, commandant la chefferie du génie à Epinal, à M. le préfet de Haute Saône, accompagnée du décret d’utilité publique et d’urgence pour l’acquisition des terrains. Il demande que le dossier avec ampliation du décret et plan parcellaire soit transmis dans les 24heures à M. le procureur de la république à Lure et au maire de la commune concernée, lequel devra le faire publier et afficher.

8 octobre 1874
Lettre n° 1183 de M. le préfet de Haute Saône à M. le chef du bataillon Ferron, commandant le génie de la place d’Epinal, indiquant qu’il a choisi M. Jacquey, notaire à Servance pour passer les actes administratifs d’acquisition des terrains.

17 novembre 1874
Lettre n° 792 de la chefferie d’Epinal à M. le préfet de Haute Saône, accompagnée d’une dépêche ministérielle n° 18382, signée par le général Séré de Rivières, en vertu de laquelle, M. le ministre de la guerre autorise l’acquisition des terrains nécessaires à la construction du fort moyennant les prix offerts par l’administration et acceptés par les propriétaires.

23 janvier 1875
Des détachements de gendarmerie mobile sont chargés sur chaque site de la surveillance des ouvriers employés à la construction des forts. Le détachement de Remiremont est logé en ville, le détachement du fort de Rupt est cantonné sur le site, celui du fort de Château-Lambert est logé dans un baraquement au Thillot.

25 février 1875
Approbation du projet de construction du fort par M. le ministre de la guerre.

1 avril 1875
Les travaux de construction ont débutés aujourd’hui.

7 mai 1875
Approbation du projet d’exécution des travaux par le directeur supérieur des fortifications.

15 juin 1875
Des désordres ont eu lieu au fort, les 13, 14 juin et aujourd’hui, occasionnés par les ouvriers attachés à la construction de celui-ci. La gendarmerie est intervenue. L’affaire est présentée au parquet.

26 juin 1875
Lettre n° 232 de M. le colonel commandant la compagnie de gendarmerie de Haute Saône, à M. le préfet de Haute Saône, lettre accompagnée du rapport de M. le lieutenant de gendarmerie commandant la Cie de Lure sur les faits qui se sont déroulés les 13,14 et 15 juin au fort de Château-Lambert.

2 juillet 1875
Le détachement de gendarmerie mobile chargé de la surveillance des ouvriers employés à la construction du fort, est logé dans un baraquement au Thillot.

6 juillet 1875
Echange de courriers entre la préfecture de Haute Saône, la compagnie de gendarmerie de Haute Saône et les parquets de Lure et Remiremont, ces derniers étant en conflit sur l’affaire concernant le jugement des désordres commis par les ouvriers du fort le 15 juin dernier. Les gendarmes mobiles ayant intervenus lors de cette affaire, étant logés au Thillot, et dépendant de l’arrondissement de Remiremont, le parquet de cette même ville demande que l’affaire soit jugée à Remiremont. Le parquet de Lure conteste, prétextant que le détachement de gendarmerie mobile est sous les ordres de M. le lieutenant de gendarmerie de Lure, et que cette affaire doit être jugée à Lure.

9 juillet 1875
Lettre n° 826 de M. le général commandant le 7ème corps d’armée au commandant de la compagnie de Haute Saône, l’invitant à maintenir sous les ordres de M. le lieutenant de gendarmerie de Lure, le détachement de gendarmerie mobile chargé de la surveillance des ouvriers attachés à la construction du fort.

20 septembre 1875
Liste des propriétaires ayant vendu à l’état, les terrains nécessaires à la construction du fort. Liste affichée en exécution de l’article 15 de la loi du 3 mai 1841 sur la porte de la mairie et de l’église du Haut du Them.
Bouton Irénée (veuve Louis Caritey) et ses enfants ; Jacquey François Ferdinand ; Jacquey Lucie ; Jacquey François et Helle Jean Pierre à Haut du Them : terrain de 6,78 hectares, friches et bois. Prix : 4917,47 fr.
Antoine Joseph, Le Thillot : terrain de 24,68 ares, bois et taillis. Prix : 493,60 fr.
Jacquey François ; Bouton Irénée ; Jacquey Lucie à Haut du Them : terrain de 27,68 ares, bois et taillis. Prix : 553,60 fr.
Remy Constant à Haut du Them : terrain de 97,20 ares, bois et taillis. Prix : 1944 fr.
Helle Jean Pierre ; Jacquey François Ferdinand ; veuve Louis Caritey et ses enfants ; Bouton Irénée ; Jacquey Lucie ; Jacquey François à Haut du Them : terrain de 60,24 ares, friche. Prix : 421,44 fr.
Remy Constant à Haut du Them : terrain de 31,20 ares, pâtis et taillis. Prix : 439,20 fr.
Bouton Irénée à Haut du Them : terrain de 7,85 ares, taillis. Prix : 94,20 fr.
Remy Constant à Haut du Them : terrain de 37,84 ares, champ et pâtis. Prix : 567,60 fr.
Martin Joseph ; Martin Ferjeux ; Martin Rosalie à Haut du Them : terrain de 39,28 ares, pâtis. Prix : 589,20 fr.
Martin Joseph ; Martin Ferjeux ; Martin Rosalie Haut du Them : terrain 65,72 ares, champ. Prix : 1081,24 fr.
Michel Constant ; Michel Elisabeth ; Martin Joseph ; Martin Ferjeux ; Martin Rosalie à Château-Lambert et Haut du Them : terrain de 42,20 ares, champ. Prix : 737,40 fr.
Marion Ferdinand et Antoine Joseph à Château-Lambert et Le Thillot : terrain de 90,92 ares, bois et taillis. Prix : 1682,02 fr.
Martin Joseph ; Martin Ferjeux ; Martin Rosalie à Haut du Them : terrain de 61,36 ares, bois et taillis. Prix : 859,04 fr.
Michel Constant ; Michel Elisabeth à Château-Lambert : terrain de 54,72 ares, champ. Prix : 820,80 fr.
Jacquey François Ferdinand ; veuve Caritey Louis et ses enfants à Haut du Them : terrain de 24,50 ares, friche. Prix : 171,50 fr.
Michel Constant ; Michel Elisabeth à Château-Lambert : terrain de 9,70 ares, friche. Prix : 77,60 fr.
Martin Joseph ; Martin Ferjeux ; Martin Rosalie à Haut du Them : terrain de 10,25 ares, friche. Prix : 80 fr.
Michel Constant ; Michel Elisabeth à Château-Lambert : terrain de 11,96 ares, friche. Prix : 107,64 fr.
Martin Joseph ; Martin Ferjeux ; Martin Rosalie Château-Lambert : terrain de 8,16 ares, friche. Prix : 73,44 fr.
Bouton Irénée ; Jacquey Lucie ; Michel Constant ; Michel Elisabeth à Haut du Them et Château-Lambert : terrain de 1,15 hectares, terre et pâtis. Prix : 1096,80 fr.
Jacquey François ; Martin Joseph ; Martin Ferjeux ; Martin Rosalie ; veuve Louis Caritey et ses enfants ; Jacquey François Ferdinand ; Jacquey Lucie ; Helle Jean Pierre à Haut du Them et Château-Lambert : terrain de 1,50 hectares, pâtis. Prix : 1200,64 fr.
Michel Constant ; Michel Elisabeth ; veuve Louis Caritey et ses enfants ; Bouton Irénée ; Jacquey François Ferdinand ; Jacquey Lucie ; Jacquey François à Haut du Them et Château-Lambert : terrain de 2,23 hectares, taillis et broussailles. Prix : 1779,20 fr.
Veuve Louis Caritey et ses enfants; Jacquey François Ferdinand ; Martin Joseph ; Martin Ferjeux ; Martin Rosalie ; Jacquey Lucie ; Jacquey François ; Helle Jean Pierre à Château-Lambert et Haut du Them : terrain de 1,23 hectares, pâtis. Prix : 862,54 fr.
Veuve Louis Caritey et ses enfants; Jacquey François Ferdinand ; Martin Joseph ; Martin Ferjeux ; Martin Rosalie ; Jacquey Lucie ; Jacquey François ; Helle Jean Pierre ; Michel Constant ; Michel Elisabeth ; Bouton Irénée à Château-Lambert et Haut du Them : terrain de 1,67 hectares, pâtis. Prix : 1173,62 fr.

27 janvier 1876
Lettre n° 33 de M. le colonel, commandant la compagnie de gendarmerie de Haute Saône à M. le préfet de Haute Saône, l’informant que le détachement de gendarmerie mobile chargé de la surveillance des ouvriers, est maintenant logé dans une maison louée par le génie à Château-Lambert.

16 mars 1876
Lettre de M. le maire du Thillot à M. le préfet de Haute Saône, l’avertissant qu’un grand nombre d’italiens est arrivé dans sa commune depuis quatre, cinq, voir six semaines. Ces ouvriers venus pour travailler au fort, ne peuvent être occupés, faute aux intempéries. M. le maire précise que ces ouvriers se trouvent dans un grand dénuement, sans ressources. La charité publique leur vient en aide, des quêtes sont organisées, mais cela reste insuffisant. M. le maire demande au préfet qu’il intervienne auprès de l’entrepreneur pour qu’il fasse quelques sacrifices et qu’il fasse des avances de fonds.

17 mars 1876
Lettre de l’entrepreneur, adjudicataire des travaux du fort, à M. le maire du Thillot lui expliquant qu’il n’avait pas fait venir les ouvriers italiens qui se trouvent actuellement au Thillot dans une grande misère.
Lettre n° 419 de M. le capitaine Mousnier à M. le lieutenant colonel Ferron, à Epinal, accompagnée des copies des actes de vente des terrains nécessaires à la construction du fort.

18 mars 1876
Lettre n° 1434 de la préfecture à M. le lieutenant colonel Ferron, concernant la présence d’ouvriers italiens dans la commune du Thillot, et qui, faute au mauvais temps persistant, ne peuvent travailler au fort. Il est demandé que l’administration prenne des dispositions afin que ces ouvriers soient employés.

21 mars 1876
Lettre n° 637 de M. le capitaine Mousnier, chef des travaux, à M. le lieutenant colonel Ferron, commandant la chefferie du génie d’Epinal, concernant une lettre de M. le maire du Thillot, signalant la présence dans cette commune, d’un certain nombre d’ouvriers italiens venus pour travailler au fort et qui par suite de la persistance du mauvais temps, se trouvent dans la misère.

25 mars 1876
Lettre de M. le capitaine Mousnier, chef des travaux, à M. le lieutenant colonel Ferron, à Epinal, concernant l’affaire des ouvriers italiens, qui se trouvent dans une grande misère au Thillot. La lettre précise que l’entrepreneur dit qu’il n’a pas fait venir ces ouvriers, qu’il ne pourra certainement pas les employer et qu’il n’est absolument pas responsable de cette situation.

26 mars 1876
Lettre n° 629 de M. le lieutenant colonel Ferron, commandant la chefferie du génie d’Epinal à M. le préfet de Haute Saône, réponse relative à la lettre de M. le préfet du 21 mars, au sujet des ouvriers italiens qui se trouvent sans ouvrage au Thillot. M. le capitaine du génie Mousnier, chef des travaux, précise par une note que l’entrepreneur n’est nullement responsable de l’état de misère dans lequel se trouvent les ouvriers italiens.

29 mars 1876
Lettre n° 704 au préfet de Haute Saône, par M. le capitaine Mousnier, chef des travaux, précisant que la lettre reçue le 18 mars, envoyée par M. le maire du Thillot déclarant que des ouvriers italiens se trouvaient dans un état de misère au Thillot, a été transmise à M. le commandant la chefferie du génie à Epinal. Il est précisé qu’un certain nombre ouvriers italiens venu pour travailler au fort de Château-Lambert, ne sont pas employés, faute aux intempéries qui sévissent actuellement sur la région. Après consultation, l’entrepreneur du fort précise que n’ayant pas demander ces ouvriers, et qu’il ne pourra certainement pas les employer, qu’il n’était point dans l’obligation de leur faire des avances. Les travaux du fort ont d’ailleurs repris le 24 mars.

1er octobre 1876
Fin des travaux de construction du fort. La construction a coûté 2 594 800 fr., dont 26 800 fr. pour l’acquisition des terrain.

1er janvier 1877
Le fort est prévu pour 10 officiers, 32 sous-officiers, 304 hommes de troupe, au total 346 hommes.
Il possède une infirmerie de 20 malades, le magasin à poudre a une contenance de 40 000 kg, le magasin aux munitions confectionnées peut contenir 1 300 000 cartouches, le magasin de l’artillerie a une superficie de 162 m², le magasin du génie est de 30 m², les magasins des services administratifs ont une superficie de 160 m², la manutention possède un four avec un débit de 200 rations. Son armement comprend 1 canon de 138 sous casemate, 19 pièces de remparts (5 canons de 138 (+1 en réserve), 4 canons de 120L Mle 1878, 6 canons de 7 de Reffye Mle 1875, 4 mortiers lisses Mle 1839 (en réserve), 12 pièces de flanquement (6 canons à balles, 6 canons de 7 de Reffye Mle 1875)). La batterie annexe du fort est armée de 6 canons de 7 de Reffye Mle 1875. Au total, 37 pièces d’artillerie pour le fort et sa batterie. Le fort est prévu pour résister à un siège de trois mois.

Dimanche 8 septembre 1877
A 1h00 du soir, le ministre de la guerre a visité le fort de Château Lambert.
Il est repartit pour Belfort où il a rencontré le maréchal de Canrobert.

29 décembre 1881
Classement à la date du 29 décembre 1881 :
Fort de Château-Lambert et sa batterie annexe.

Dimanche 13 mars 1887
Le ministre de la guerre a lancé un nouveau décret sur l’appellation des forts, en voici la liste pour notre région :
Fort de Château-Lambert : fort Boufflers

Dimanche 31 juillet 1890
Le bornage des zones de servitude du fort a commencé aujourd’hui.

Vendredi 9 juillet 1892
La médaille militaire vient d’être conféré à M. Champronault, portier consigne de 2ème classe du génie.

Mercredi 4 octobre 1893
Deux compagnies du 149ème de ligne venant de Bruyères, cantonnent à Remiremont. Elles vont relever les deux compagnies qui sont dans les forts de Rupt et de Château-Lambert qui elles, regagnent Epinal.
L’effectif d’une compagnie est de 2 officiers, 80 sous-officiers et soldats.

Jeudi 5 octobre 1893
Les deux compagnies en provenance des forts de Rupt et Château-Lambert, cantonnent à Remiremont aujourd’hui. Effectif : 4 officiers, 160 hommes.

Vendredi 5 juillet 1895
Le général de Négrier a quitté Remiremont ce matin, pour inspecter les forts de Rupt et Château-Lambert.

Lundi 12 août 1895
Le soldat Duroc, du 149ème R.I, ayant trouvé une épingle de cravate d'une grande valeur, s'est empressé de la remettre à l'agent de police du Thillot, lequel a été assez heureux de retrouver le propriétaire du bijou.

Dimanche 14 juin 1896

Remerciements ont été fait par voie de presse à la compagnie du 149ème de ligne stationnée au fort de Château-Lambert, qui lors de l’incendie de l’usine de la Courbe, s’était empressée d’intervenir dès le début.

Mercredi 18 novembre 1896
Décret de déclaration d’utilité publique d’urgence, l’acquisition des parcelles de terrain nécessaire à la construction d’une route reliant le fort de Château-Lambert au fort du ballon de Servance. Le décret est signé par Félix Faure.

Samedi 27 février 1896
Une adjudication a eu lieu à Belfort pour la relève de la route stratégique qui relie le fort de Château-Lambert et le fort du ballon de Servance. C’est M. Mallapert qui a été déclaré adjudicataire avec un rabais de 23,40 fr.
Mise à prix 200 000 fr.

Jeudi 24 février 1898
Les magasins de l’habillement et du campement sont placés à Troyes, Nancy, Toul, Epinal, Neufchâteau, fort de Frouard, batterie de l’Eperon, fort de Pont St Vincent, fort de Manonviller, fort du Parmont, fort de Rupt, fort de Château-Lambert et fort d’Arches.

Lundi 20 juin 1898
Un détachement du 8ème BAP, qui se rend au fort, séjourne aujourd’hui à Remiremont.

Samedi 24 juin 1899
M. le général de Monard a poursuivi sa visite en visitant les forts de la Haute Moselle.

Mercredi 8 novembre 1899
2 officiers, 54 soldats et 1 cheval ont quittés le fort pour rejoindre Epinal, ils seront remplacés par une compagnie du 109ème de ligne. Ils logent à Remiremont, chez l’habitant aujourd’hui.

Lundi 12 août 1901
Un détachement de la 3ème batterie du 8ème bataillon d’artillerie à pied, venant d’Epinal et se rendant au fort stationne à Remiremont aujourd’hui. Effectif : 1 officier, 28 sous-officiers et soldats.

Samedi 14 septembre 1901
Le détachement de la 2ème batterie du 8ème BAP, se rendant à Epinal, loge à Remiremont aujourd’hui. Effectif : 1 officier, 44 sous-officiers et soldats.

Mercredi 19 août 1903
Une manœuvre a eut lieu aujourd’hui sous la direction de M. le général de Lardenelle, sous-gouverneur d’Epinal. Les quatre forts de la Haute Moselle ont pris part à cette manœuvre, avec les réservistes du 4ème bataillon de forteresse du 109ème RI dont le thème consistait à refouler une colonne ennemie venant de Saulxures par le col du Rhamné, et qui avait tenté d’attaquer le fort de Rupt.

Jeudi 9 juin 1904
Un détachement du 8ème bataillon d’artillerie à pied est arrivé à St Nabord où il sera logé. Ce détachement vient du fort et se rend à Epinal. Effectif : 11 sous-officiers et soldats.

Jeudi 14 juin 1906
Le détachement du 8ème bataillon a quitté le fort pour se rendre à Epinal, il loge à Rupt. Effectif : 16 sous-officiers et soldats.


Vendredi 15 juin 1906
Le détachement du 8ème bataillon a quitté le fort pour se rendre à Epinal, il loge à St Nabord. Effectif : 16 sous-officiers et soldats.

Dimanche 19 juillet 1908
Médaille militaire :
Adjudant d’administration de 3ème classe du génie Marsaudon est décoré de la médaille militaire.

Jeudi 10 décembre 1908
Les travaux de construction du prolongement du tramway Lure - Haut du Them, vers le Thillot, sont sous la direction de MM. Séron père et fils. Les chantiers s’échelonnent de la gare du Haut du Them au pied de la montagne de la tête de l’Ours, à travers la vallée des Chaseaux, sur une longueur de deux kilomètres. Les terrassements, tranchées, murs de soutènement sont amorcés, de nombreux aqueducs sont terminés.
Le gros travail sera le percement du tunnel sous la montagne que couronne le fort de Château-Lambert. Il sera commencé pendant l’hiver. L’installation d’une machine perforatrice de 75 chevaux sera bientôt achevée. Le tunnel aura mille mètres de longueur environ. Les militaires ont déjà posés des conditions à la construction de l’ouvrage, puisque celui-ci devra posséder au dessus de ses deux entrées, des galeries de mines, permettant de détruire le tunnel, dès l’état de siège proclamé, et l’entrepreneur devra démonter les voies.

Jeudi 12 janvier 1911
L’adjudant d’administration de 3ème classe du génie Marsaudon est proposé à la 2ème classe.

Dimanche 5 novembre 1911
L’adjudant d’administration du génie de 3ème classe Marsaudon, est promu à la 2ème classe.

Jeudi 14 mars 1912
Médaille militaire
Inscrit au tableau de concours :
M. Hilaire, gardien de batterie de 2ème classe.

Samedi 24 mai 1913
Agrandissement du casernement du fort de Château Lambert : 185 000 fr

Jeudi 1er janvier 1914
Les compagnies du 109ème de ligne en garnison dans les forts de Rupt, Château Lambert et au Ballon de Servance deviennent des compagnies du 172ème de ligne.

Jeudi 29 janvier 1914
Place de la gare à Rupt, lors d’une magnifique manœuvre, le drapeau des chasseurs a été présenté par le chef de bataillon du Huy à toutes les compagnies. A cette occasion, M. Pinot, maire, qu’entourait toute la population et les enfants des écoles, prononce un vibrant discours de haute teneur patriotique.
La garde du drapeau des chasseurs étant remise au 10ème B.C.P. de St-Dié, ensuite la cérémonie a vu la présentation par le colonel de Thuy, commandant le 172ème R.I., du drapeau de ce régiment aux officiers, sous-officiers, caporaux et soldats des compagnies du 3ème bataillon, casernés dans les forts de la Haute Moselle. Les compagnies du fort du Parmont, de Rupt, de Château Lambert, un détachement de Bussang et l'équipe de skieurs de la compagnie du fort de Servance. M. le capitaine Dorlet en tête, les troupes étaient groupées sur la place sous les ordres de M. le capitaine adjudant-major Robert. M. le colonel de Thuy, après la revue des troupes, il leur présenta leur nouveau commandant, monsieur le chef de bataillon Soleilhavoup, nous sommes heureux de souhaiter la bienvenue ici. La présentation du drapeau eut lieu ensuite. Un brillant défilé clôtura cette cérémonie.

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir."
Maréchal de France Ferdinand FOCH
avatar
Fondateur
FONDATEUR
FONDATEUR

Nombre de messages : 1221
Ville : Chcago
Age : 51
Emploi/loisirs : Historien, écrivain conférencier
Points : 2449
Date d'inscription : 08/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forest.frenchboard.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum